Nico
Flamenco Chloé Brûlé

Flamenco

Le flamenco s’organise généralement autour de trois axes : le chant, la guitare et, bien entendu, la danse. Cette dernière a d’ailleurs la réputation de permettre à l’homme d’affirmer, plus que jamais, sa force et sa virilité. [Lire la suite]

Remontant à l’Antiquité, les origines exactes du flamenco sont difficiles à retracer. La plupart s’entendent toutefois pour dire que l’Andalousie serait le berceau de cet art. Le flamenco s’organise généralement autour de trois axes : le chant, la guitare et, bien entendu, la danse. Cette dernière a d’ailleurs la réputation de permettre à l’homme d’affirmer, plus que jamais, sa force et sa virilité.

Si le flamenco existe depuis des centaines d’années, ce n’est que durant la deuxième partie du 19e siècle qu’il est devenu un art présenté au public. Les groupes de gitans sillonnaient les bars-concerts de l’époque, et y chantaient et dansaient l'injustice sociale, la prison et la faim.

Ce n’est que vers les années 1950 qu’on a vu réapparaître un intérêt pour le flamenco. Aujourd’hui, deux tendances se côtoient : celle des traditionalistes, qui gardent des styles bien établis, et celle d’une école dite « d'avant-garde », qui adopte de nouveaux éléments contemporains afin de moderniser cet art sans toutefois en trahir l'essence.

Chloé Brûlé

À quatre ans, Chloé Brûlé dansait déjà à la garderie dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve. Après l’obtention de son diplôme à l’École des Grands Ballets canadiens, Chloé travaille à l’Opéra de Montréal comme danseuse et fait ensuite la rencontre du flamenco en travaillant avec la compagnie Boston Flamenco Ballet. [Lire la suite]

À quatre ans, Chloé Brûlé dansait déjà à la garderie dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve. Après l’obtention de son diplôme à l’École des Grands Ballets canadiens, Chloé travaille à l’Opéra de Montréal comme danseuse et fait ensuite la rencontre du flamenco en travaillant avec la compagnie Boston Flamenco Ballet.

Pour elle, il s’agit carrément d’une révélation artistique. En 1998, Chloé part pour l’Espagne où elle étudie le flamenco à Madrid puis à Séville avec les grands maîtres de cet art. Peu à peu, cette formation l’amène à faire partie de compagnies comme celle de Javier Latorre avant de se joindre, en 2005, au danseur andalou Marco Vargas.

Elle qui combine son travail de création avec l’enseignement partout dans le monde, de l’Espagne au Venezuela en passant par l’Italie et la Grèce, s’arrête cet automne à Montréal afin d’initier les danseurs d’Ils dansent aux rudiments du flamenco.

L’Homme, de Calder

Chaque semaine, les danseurs d’Ils dansent se retrouvent dans un lieu complètement différent pour y performer la chorégraphie de la semaine. Pour le flamenco, nous avions donc besoin d’un lieu représentant le côté masculin de cette danse. C’est donc sur l’île Sainte-Hélène qu’ils ont pu taper du pied et bomber le torse pour une performance de flamenco sous l’Homme, de Calder. [Lire la suite]

Chaque semaine, les danseurs d’Ils dansent se retrouvent dans un lieu complètement différent pour y performer la chorégraphie de la semaine. Pour le flamenco, nous avions donc besoin d’un lieu représentant le côté masculin de cette danse.

C’est donc sur l’île Sainte-Hélène qu’ils ont pu taper du pied et bomber le torse pour une performance de flamenco sous l’Homme, de Calder.

Résumé épisode 8

Diffusion originale 29 septembre 11

Cette semaine, les danseurs d’Ils dansent ont eu toute une paire de souliers à chausser : ils doivent s’initier aux rudiments du flamenco! Avec notre chorégraphe invitée Chloé Brûlé, qui a sa compagnie de danse à Séville, ils ont appris à bomber le torse, à taper du pied et à marquer le rythme avec leurs mains. Beaucoup de pain sur la planche pour nos danseurs qui n’avaient jamais touché à ce style auparavant…

Malgré ce défi de taille, certains danseurs ont eu le temps de se changer les idées en dehors de la formation. Découvrez la passion de Nicholas, voyez Vladimir s’adonner à son sport favori et regardez Marc-Antoine alors qu’il nous fait une démonstration de Parkour. Cette semaine, les danseurs ont aussi connu leur lot de moments plus difficiles. JR a dû faire face à une épreuve dans sa vie personnelle et Chad a été confronté par Nico à la suite de sa performance lors de la valse. Il a d’ailleurs tellement été ébranlé par le commentaire de Nico qu’il s’est retroussé les manches et a épaté tout le monde avec le flamenco!

Luis Lopez

En plus de leur apprentissage du flamenco, les danseurs ont eu la chance de découvrir la boleadoras.

C’est Luis Lopez, un spécialiste du genre, qui est venu faire une démonstration de cette danse traditionnelle argentine.

La boleadoras est une danse rythmique qui allie frappes de pieds et mouvements circulaires de bolas percutant le sol.

Chanson : la pièce Luz, tirée de l’album 8 reflexiones, de Caroline Planté